DIMANCHE 13 SEPTEMBRE/VENDREDI 25 SEPTEMBRE

TABRIZ/KAHTA

 

 

Dimanche 13 au Mardi 15 Septembre

Tabriz-Kandovan-Lac Orumiyeh-Sero-264Km

 

Mes derniers jours en Perse seront parmi les plus diversifiés. Je me "perds" dans les dédales du Bazar de Tabriz et ses voûtes en brique rouge puis fume le narguilé avec les locaux et leur bienveillante nonchalance.

Je remonte le volcan qui domine la ville pour aller chercher un village troglodyte, pittoresque mais sans le calme habituel de la campagne, pour finir je traverse, à l'aide de digues et de ponts, le lac Orumiyeh et son eau si salée qu'il y est impossible d'y couler. cela dt en passant, celui-ci est entrain de disparaitre, l'eau de la rivière en aval étant utilisée pour abreuver la soif de la région.

L'Iran m'aura fait vivre bien des émotions, un pays increvable contrairement à moi et mon vélo!

 

 

IMG_8528 (Large)

 

 

IMG_8538 (Large)

 

 

IMG_8560 (Large)

 

 

IMG_8572 (Large)

 

 

J'ai rarement vu un passage de frontière aussi perméable et désorganisé au point que je suis entré en Turquie sans coup de tampon et qu'il m'a fallu faire demi-tour et le réclamer! C'est que je n'ai pas très envie d'avoir des problèmes en sortant... Chose faite, je continue vers un col, ce pays ayant un joli relief, surtout dans le coin.

Je suis alors au Kurdistan, une région hautement militarisée avec régulièrement des check-points et des convois de blindés, beaucoup d'armes en vue. A cela deux raison, premièrement la région est historiquement le cœur de la rébellion Kurde et il ne vaut mieux pas être Turc dans le coin. Deuxièmement, je vais longer pendant plusieurs jour la frontière Irakienne et Syrienne et la zone est hautement instable, j'apprendrai plus tard les évènements récents...mais les choses semblent bien calmes pour le moment.

Je découvre l'hospitalité Kurde et suis régulièrement invité à manger et très souvent on m'offre le thé, des pauses bien agréables. Je me plie aux exigences du terrain, descends des gorges, remonte des cols, dans un virage, l'Irak est tout près mais je tourne plein Ouest. À chaque méandre de la rivière, un village, un camp militaire, les cris des enfants, les vieillards qui regardent passer les mitraillettes...

De Sirnak je plonge vers la plaine Syrienne, croise les eaux du Tigre, longe les barbelés me séparant d'un pays en guerre dont les puits de pétrole semblent être en feu. Cette frontière qui semble dicter ma direction et les collines au nord plantent le décor d'une journée face au vent.

 

 

IMG_8573 (Large)

 

 

IMG_8576 (Large)

 

 

 

IMG_8581 (Large)

 

 

IMG_8603 (Large)

 

 

Lundi 21 au Vendredi 25 Septembre

Duruca-Mardin-Diyarbakir-Nemrut Dagi-Kahta-405Km

 

La frontière syrienne dans le dos et avec comme carburant de délicieuses figues, je repars dans les collines avec, en premier, Mardin, une ville construite à flanc de côteau et dont les ruelles, medersas et mosquée ont fait la célébrité.

Pour ma part je préfère l'atmosphère de Diyarbakir, plus religieuse et moins touristique; l'atmosphère y est relaxante et je me pose une tasse de thé à la main pour écouter les versets des poètes/chanteurs Kurdes. A l'heure de la prière je me retrouve dans la plus vieille mosquée du pays, une ancienne église, et regarde avec intérêt l'Imam prêchant à ses fidèles.

Après le passage de l'Euphrate dont on contrôle le cours par des barrages en ferry, je retrouve des cimes  en la demeure des dieux. Nemrut et ses temples se trouvent à plus de 2000m et la route qui y mène n'est pas de tout repos. Les statues et la vue à 360degrés sont autant de récompenses du bel effort. Je n'en redescends que le lendemain avec de nombreuses étapes: les ruines d'une ancienne citée, un château sur la crête d'un pic rocheux, un pont romain et pour finir un tumulus...

 

 

IMG_8643 (Large)

 

 

IMG_8653 (Large)

 

 

IMG_8655 (Large)

 

 

IMG_8665 (Large)

 

 

IMG_8668 (Large)

 

 

IMG_8678 (Large)