SAMEDI 16 AOUT/DIMANCHE 31 AOUT

MASHAD/TEHERAN

 

 

 

Samedi 16 et du Jeudi 21 au Mercredi 27 Aout

Mashad-Seyyedaba-Shirva-Bojnurd-Chahar bid-Minudasht-Aq Qal'eh-Beshahr-710Km

 

Mashad m'aura laissé deux impressions bien différentes. La première c'est l’atmosphère religieuse qui règne à Imam Reza, un des lieux de culte les plus importants pour le monde chiite. C'est assez impressionnant de voir ces milliers de pèlerins venir se recueillir.

Le deuxième souvenir qu'il m'en restera est un accident qui aurait pu être bien plus grave. Alors que j'attendais sur la bande blanche d'un rétrécissement entre une trois voies et une deux voies car impossible de passer, un chauffard a voulu couper au plus court et ne m'a vu qu'au dernier moment. J'ai alors eu le réflexe de sauter du vélo que la voiture a immédiatement embouti. Toutes mes affaires se sont retrouvées éparpillées vingt mètres plus loin et il a fallu faire ralentir les autres véhicules pour récupérer mes bagages et ma bicyclette en bien mauvais état. Une fourche, une roue, une patte de dérailleur tordue, un porte-bagage défoncé. Je passe donc les jours suivant dans l'attente d'un "miracle", au final je n'ai rien eu et je peux repartir avec un vélo qui devrait faire la route...

 

Le trafic ne diminue pas et c'est avec un peu d'appréhension que je repars. L'accueil des gens me fera retrouver le sourire malgré un bon vent de face et une chaine qui saute. Je suis invité deux fois, pour le repas du midi par un cyclo-voyageur qui me raconte son parcours en Turquie, Georgie et Azerbaidjan, et une autre fois par un fermier qui ne veut pas me laisser planter la tente et préfère que je passe la nuit chez lui.

J'y rencontrerai toute sa famille et un de ses amis qui est professeur d'anglais qui fait la traduction. Une soirée assez riche en découvertes. De plus je me régale de très bon fruits que l'on m'offre une fois sur deux, le Soleil y est pour quelque chose. Pour ce qui est des paysages, c'est relativement monotone, quelques cols et collines, la belle forêt du Golestan, la Caspienne, ( une mer ou lac salé? ) donnent tout de même satisfaction. L'humidité plombe mon humeur, cette vaste surface d'eau influençant le climat régional et mon moral. Je descends 30 mètres en-dessous de la mer, l'altitude la plus basse de tout mon voyage!

Beaucoup de monde donc, principalement revenant de Mashad, et la vie en bord de route s'organise avec toutes ces familles qui cuisinent et se reposent à l'ombre d'un arbre tout comme moi...

Je suis également passé par Gombad e Kavus, ville turkmène où le voile se pare de couleurs et où j'ai passé quelques instants en dessous d'une tour/tombeau d'un prince poète d'il y a plus de mille ans.

 

 

IMG_8447 (Large)

 

 

IMG_8449 (Large)

 

 

IMG_8452 (Large)

 

 

IMG_8455 (Large)

 

 

IMG_8461 (Large)

 

 

Jeudi 28 au Dimanche 31 Aout

Beshahr-Qa'emshahr-Gaduk-Sarbandan-Teheran-365Km

 

L'albroz, une chaine de montagne dominée par le Damavand et ses 5671m est sur ma route pour Teheran. Avant l'attaque du col, je passe par Sari qui me laisse une bonne impression et quitte petit à petit les côtes de la Caspienne. Une jeune femme, voyant que je prends des photos discute rapidement avec moi -ce qui n'est pas chose commune- elle-même étant passionnée de photos. Je suis normalement abordé seulement par des hommes d'où la surprise! Je perds des degrés en prenant de l'altitude ce qui est bien agréable, retrouve des zones plus sèches, ici, même en altitude, des villes se sont construites.

 

 

IMG_8466 (Large)

 

 

IMG_8470 (Large)

 

Je dois contourner quelques dangereux tunnels mais finis par basculer sur la capitale où il n'est possible d'entrer que par des voies rapides. Je me fraye tant bien que mal un passage et arrive au centre. Alors que je cherche la maison de Nina qui va m'accueillir chez ses parents, je suis invité chez un concessionnaire de voiture de luxe pour le repas du midi et à fumer la chicha. Je finis par arriver chez mes hôtes qui, je dois bien le dire, vont très bien m'accueillir. Nina va me faire rencontrer sa famille et ses amis, et je laisse pour un temps le vélo et le voyage dans un coin, ce qui soulage.

Je dois dire que cette parenthèse va me faire beaucoup de bien, surtout que ses parents, son frère, ses cousins, elle-même et j'en passe, seront autant de belles rencontres et les soirées bien joyeuses. La journée se passe plus sobrement; visite du palace Golestan, du bazaar, réparation tout de même du vélo et repos. J'y découvre également la cuisine iranienne et une bien bonne glace au safran, à la pistache et un ingrédient mystère...Il ne va pas être facile de repartir...

 

 

IMG_8481 (Large)

 

 

IMG_8491 (Large)

 

 

Samedi 6 au Vendredi 11 Septembre

Teheran-Eshtehard-Nahavand-Qareh Bolagh-Sarcham-Miyaneh-Bostanabad-Tabriz-674Km

 

Je fais mes adieux et quitte Teheran avec comme direction l’œil sanglant du Soleil qui se couche. Je croule alors sous le poids des fruits que l'on m'offre et des invitations à boire le thé alors que j'arrive en terre Aziris où l'on parle turc. Je marque le pas à Zanjan pour son bazaar et sa vibrante atmosphère et à Miyaneh où je discute avec des jeunes du pays. A partir de là les collines semblent devenir mélancoliques... Où n'est-ce qu'une vue de l'esprit? Je me laisse porter par les courbes du relief et une brise bienvenue, oublie le temps et profite de mes journées. Je croise la route d'une tortue terrestre, cachée dans sa carapace bien fragile face aux voitures et camions, je la remets en droit chemin ou ce que je pense être tel. Tabriz est déjà en vue, troisième ville du pays, si proche de la Turquie qui m'appelle déjà...

 

 

IMG_8501 (Large)

 

 

IMG_8514 (Large)

 

 

IMG_8519 (Large)