JEUDI 22 MAI/JEUDI 5 JUIN
BICHKEK/OSH

Jeudi 22, Vendredi 23, Dimanche 25, Lundi 26 et Mardi 27 Mai

Bichkek-Orlovka-Isik Kol-Cholpon-367Km

 

D'abord un faux départ: alors que je suis déjà sur une petite route de campagne et qu'il fait bon se remettre en route, je réalise que le cadre du vélo s'est fendu. La bonne chose étant que j'avais choisi un cadre en acier. De retour à la capitale je trouve rapidement, grâce à l'aide de Nathan, un canadien qui vit là, un endroit où ressouder et remettre ma monture en état.

Plus de peur que de mal, même si j'ai un peu galéré à enlever le système de pédales, je suis à nouveau en selle. Pas désagréable, la route se faufile dans des gorges pour arriver au lac Isik-Kol, l'un des plus grands lacs alpins et enserré entre les Tian Shan, une haute chaine de montagne, avec au nord le Khazakstan et à l'Est, la Chine.

Je repars vers l'Ouest pour la dernière partie facile de ce parcours, dégustant un Chorpo, soupe de mouton à l'os et de pomme de terre, faisant des provisions dans la dernière petite ville et son bazar. Les grands espaces du centre du pays m'appellent, je me sens attiré par cette région.

 

IMG_7644 (Large)

 

 

IMG_7664 (Large)

 

 

Mercredi 28, Jeudi 29 et Vendredi 30 Mai

Cholpon-sur une piste-Song Kol-Jangi Talap-179Km

 

Plus de goudron, la route de caillasse commence, j'aime cette sensation d’être à même le sol et de ressentir les mouvements du terrain. Par la même, j'entre au pays des yourtes et du Kummis, lait de jument fermenté dont j’apprécie le gout mais mon estomac n'est pas du même avis...

Je dois quitter cette route pour monter vers un lac, ceci par un chemin qui n'est même pas sur ma carte et qui se révèlera bien raide. On m'aide, au village à trouver le bon passage qui est bien caché, bien entendu aucun panneau ne l'indique. D'abord dans un vallon sauvage où seul des yourtes sont installées là pour l'été, je quitte les abords du torrent pour une montée qui me voit principalement pousser le vélo. Mon compteur m'indique du 27%, le terrain est instable mais je prends rapidement de l'altitude. Après une nuit à mi-chemin, le col à 3400m donne sur le lac aux abords paisibles, la vue à 360 degrés est magnifique avec, dans mon dos, des chaines de montagnes interminables.

Je contourne Song-Kol au rythme lent de la marche ou du vélo selon l'humeur, regarde des charognards se disputer une carcasse, reprends un peu de vitesse dans une longue descente à flan de montagne tout en restant attentif... Il y a aussi le bonheur d’être invité dans les yourtes pour y déguster pain, crème que l'on prépare devant moi, et kummis.Les enfants sont souriants les parents accueillants et les grands parents bienveillants. On n'est pas à l’abri de rencontrer un Kirghiz un peu saoul et agressif mais dans l'ensemble, l'ambiance des montagnes et des vallées est des plus agréables.

 

 

IMG_7677 (Large)

 

 

IMG_7680 (Large)

 

 

IMG_7684 (Large)

 

 

IMG_7691 (Large)

 

 

IMG_7696 (Large)

 

IMG_7699 (Large)

IMG_7710 (Large)

 

 

IMG_7720 (Large)

 

 

IMG_7730 (Large)

 

 

Samedi 31 Mai, Dimanche 1er et Lundi 2 Juin

Jangi Talap-Kosh Bulak-Aral-Kazerman-149Km

 

Chaque jour je suis invité, soit dans une yourte, soit dans l'un de ces "wagons" posés dans les prés.

Le réapprovisionnement d'eau se fait dans les ruisseaux, le pain trempé dans la crème devient un rituel que j'apprécie d'autant plus que les magasins des rares villages ne sont pas très bien achalandés. Les paysages se transforment très rapidement avec aux abords de la rivières Naryn, un bandeau de verdure qui contraste avec l'aridité de certaines vallées. D'autres collines sont bien plus vertes ou certaines falaises bien plus rouges.

La pluie fait une vive apparition, je patiente à l’abri d'un muret, et à Kazerman, après avoir du faire demi-tour à cause d'une bulle dans le pneu avant qu'il faut changer, je passe une nuit dans un vieux bâtiment soviétique qui semble tomber en ruine. Rien de bon dans cette pluie qui tambourine sur les toits, la neige doit tomber en abondance alors qu'une nouvelle chaine de montagne me barre le passage vers l'Ouest...

 

 

IMG_7745 (Large)

 

 

IMG_7752 (Large)

 

Mardi 3 Juin Kazerman

-après le col en neige-86Km

 

Et enneigé il l'est ce col. Alors que je prends lentement de l'altitude à travers les prés, je réalise que les précipitations ont recouvert d'un manteau blanc, dès 2500m, les flans des montagnes qui ne commençaient à voir le printemps que très récemment. J'en suis alors pour une difficile ascension avec boue, la route, parfois en partie emportée dans les ravins, qui se transforme souvent en ruisseau, des congères qui se mesurent en mètres, la neige fraiche, environ 40cm, qui a commencé à bien fondre et qui forme une "soupe"" indigeste.

J'arrive les pieds trempés et bien au frais au col avec le soulagement d’être passé car il me donne l'accès à la vallée du Fergana qui déjà se profile au loin. La descente, bien que moins enneigée, reste chaotique, une petite avalanche barre la route, je porte le vélo pour la traversée, c'est la fin des difficultés.

 

IMG_7768 (Large)

 

 

IMG_7771 (Large)

 

IMG_7773 (Large)

 

 

IMG_7780 (Large)

 

 

IMG_7783 (Large)

 

 

IMG_7784 (Large)

 

 

Mercredi 4 et Jeudi 5

Après le col en neige-Jelalabat-Osh-195Km

 

La vallée, au début étroite s’élargit sur des plaines fertiles, le retour à la "civilisation" est brutal en arrivant à Jelalabat et son cortège de banks. J'ai envie de retourner dans les montagnes mais pour un temps, je suis en terrain connu ayant déjà été dans cette région, je suis de retour à Osh.

 

 

IMG_7788 (Large)